Une pointe arrière pour un VTX


Le résultat final...


Mais avant il a fallu...

Persuadé depuis longtemps de l'efficacité d'une pointe arrière sur les vélos couchés, je me suis  mis en tête d'en construire une, que j'ai utilisée la première fois à Paladru en 2011. 

La construction plastique, j'avais déjà donné dans une vie antérieure, avec un canoë monoplace de critérium que j'avais fait de A à Z, modèle, moule, et une petite série de cinq ou six bateaux derrière. Un vrai travail de fourmi romaine...

En l'occurrence, je voulais un modèle unique, donc sans moule. En construction plastique, il y a bien le shappage d'un modèle, mais c'est encore beaucoup de travail, beaucoup de ponçage, et au final une finition très difficile à rendre correcte.

Les plaques de polypropylène ondulé (qu'on trouve sous les marques « Coroplast » ou « Correx ») permettent de faire une forme à bouchins vifs, exactement de la même manière que les coques à bouchins en contreplaqué des dériveurs des années 70 (Optimist, Vaurien, Caravelle bois, Fireball, etc.)

Sauf que le Coroplast se travaille à la main, se coupe au cutter, et se colle à la colle chaude ou au silicone. Donc avec peu d'outillage.

Ma pointe arrière a évolué, tant par sa forme que par sa construction.

La première, réalisée en 2011 donc, a été montée sur le Proto Sokol que Berg m'avait prêté pour l'occasion

.

Elle était fixée sur un porte-bagage léger, et les panneaux étaient assemblés au scotch (on remarquera l'assortiment des couleurs!) des deux côtés des panneaux. Pour éviter de contraindre les « soudures », les panneaux étaient le plus plats possible.

Berg a couru à Paladru deux ans plus tard avec la même pointe (qui était toujours opérationnelle, mais toujours aussi moche également).


La seconde était beaucoup plus réussie, question aéro. En fait, la meilleure de celles que j'ai faites jusqu’alors. Elle englobait bien le casque. Construite sur un squelette en polystyrène extrudé (Roofmat). 1,400 kg, Roofmat collé à la colle à bois, panneaux collés au pistolet à colle, scotch sur les raccords externes. 

On devine le caisson en roofmat autour de la roue arrière sur cette photo prise à Deal en 2012 (première sortie de la pointe noire). A noter également feu (c'est la cas de le dire) le Zockra de Marc au premier plan. J'ai utilisée cette jusqu'en 2018 à Paladru.

 

Mais après six années de bons et loyaux services, et quelques gamelles, le squelette en roofmat s'était un peu disloqué (je me souviens en avoir perdu un gros bout à Manheim pendant la course de 3 heures), mais j'ai remarqué que finalement le squelette en roofmat n'était pas indispensable, la courbure des panneaux assurant un bon maintien transversal de la forme. 

Pour les Championnats du Monde de Nandax, j'ai construit une pointe bleu-blanc-rouge (Cocorico!). Vite fait pas trop mal faite, mais moins enveloppante que la précédente, donc à peine moins efficace. Elle m'a quand même permis de rouler cinq tours avec les Birk à la course de trois heures...

Cette fois-ci, les panneaux avaient des rebords internes pliés et collés à plat l'un sur l'autre, mais elle a très mal vieilli.. 

 

La quatrième a été faite chez ICE sur un trike Monster.

 

J'en ai fait le patron en carton, et Chris Parker a fait la pointe en Coroplast  pendant que j'étais en France à Trept. 

Si bien que je n'ai pas vu comment il assemblait les panneaux. Apparemment, c'est au silicone, les angles rentrants étant lissés au doigt et recouverts ensuite de scotch. Superbe finition.

 Il faut dire que Chris est non seulement un artiste, mais un génial concepteur doublé (triplé même) d'un bricoleur hors pair.


 

Chris voulait équiper le Monster pour un gamin du BHPC, l'équivalent anglais de notre AFV. Bêtement, alors que je venais de tourner sur ce circuit avec un VTX dernier modèle, et qu'en plus le trike était pile à ma taille (on avait fait le carénage sur ma stature, le gamin avait la même taille que moi), je n'ai pas eu la présence d'esprit de le tester. Comme j'avais déjà des chronos sur une bonne vingtaine de tours on aurait pu comparer les performances du  Monster caréné et du VTX nu. Dommage...

La dernière en date a été pour mon VTX, pour courir à Paladru. Comme j'étais le seul trike, je ne risquais pas de profiter de mon avantage vis à vis d'un autre en trike...

Mine de rien, malgré des conditions de vent épouvantables, j'ai tutoyé le 38km/h sur les presque 14 km de la course (avec une bosse qui casse bien). L'essai est donc très concluant.

Pour la construction, j'ai repris la technique du Monster en commençant par faire un gabarit en carton qui m'a permis d'ajuster la forme, et que j'ai démonté ensuite pour servir de patron aux panneaux.
Les panneaux sont ensuite assemblés avec du scotch d'emballage, puis collés/soudés à la colle chaude (pistolet). Un scotch de finition et voilà!

 

 

Photo de gauche à droite : Détail de la fixation arrière : deux pattes en tôle fixées sur le back-end. A noter que les pattes pliées en Coroplast sont collées sur les deux panneaux; Fermetures avant par Velcro - En cours d'assemblage.

 









       Le Forum du Vélorizontal


      Le Forum de la Longue Distance


L'ancien site de l'Association
L'ancien site de l'Association